Pour une éducation à la santé

Après observation du système de santé français de l’intérieur pendant de nombreuses années, tant au niveau hospitalier qu’au niveau libéral, il me semble évident que la première mesure à adopter devrait être de promouvoir une éducation à la santé.

 

Une mauvaise utilisation du système de soin par ignorance

En effet, je constate tous les jours la mauvaise utilisation de notre excellent système de soins par les patients rarement par mauvaise volonté, le plus souvent et de loin par ignorance.
Une ignorance du rôle de divers acteurs de soins (en particulier urgences, généraliste, spécialistes, centre 15) mais surtout un manque de connaissances de base du corps humain, des pathologies courantes, des situations graves et/ou urgentes.

Je vous donnerais juste quelques exemples parmi de nombreuses situations possibles.
Au sujet de la santé des enfants, tout le monde devrait savoir qu’une température de plus de 38 chez un enfant de moins de 3 mois nécessite une hospitalisation de principe, que la même température chez un enfant de plus de 3 mois se traite par du Paracétamol et qu’il est inutile de consulter avant 24 h sauf si l’enfant est totalement prostré.
Tout le monde pourrait aussi savoir qu’une toux avec une fièvre ne dépassant pas 38,5°, un nez qui coule est à coup sûr une bronchite, toujours virale, qu’il n’existe aucun médicament permettant de la guérir, que l’on ne prescrit des antbiotiques qu’aux patients ayant un terrain fragilisé.
Toute douleur thoracique doit entrainer l’appel du centre 15 par le patient.

Vous voyez déjà qu’en quelques lignes les idées peuvent être claires sur des situations courantes pour une prise en charge idéale.

Si ne serait-ce que ces principes avaient été connus des patients que j’ai vu au cours des mois de décembre et janvier dernier, j’aurais eu environ 40 % de consultation de médecine générale en moins.

 

Mettre en place une éducation à la santé

Je proposerais donc qu’une dizaine d’heure d’une telle éducation soit mise en place au collège en cours de sciences naturelles avec un manuel bien fait. On pourrait y ajouter les gestes d’urgences que tout le monde devrait connaitre mais aussi les principes nécessaires pour prendre soin d’un enfant (on a des notices très détaillées pour la moindre bouilloire électrique mais on pense encore que s’occuper d’un enfant est inné…)

Ceci permettrait à mon avis une amélioration de la prise en charge de la santé de chacun avec parallèlement des économies de santé…

Il s’agirait pour moi d’une application au domaine de la santé de la prise de conscience et de la responsabilisation de chaque citoyen inhérentes à l’idéal de démocratie.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Santé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

11 réponses à Pour une éducation à la santé

  1. titou07 dit :

    Bonsoir

    Je suis entièrement d’accord avec vous.
    Délégué médical, je vois toute la journée des salles d’attente encombrées pour 3 fois rien,
    sans parler des anecdotes que me raconte mes médecins.

    Quelles seraient vos propositions pour inciter les médecins à s’installer à la campagne face au problèmes de démographie médicale.

    Thierry

  2. drgaudo dit :

    Je n’ai pas d’idée valable et originale… Le problème est loin d’être simple…

  3. nelly dit :

    Vous avez tout à fait raison. J’essaie de lancer l’idée d’un petit recueil qui s’intitulerait « le ba-ba des bobos » qui permettrait aux nouvelles mamans de ne pas paniquer dès que l’enfant a de la fièvre ou tombe. Commencent à émerger des réseaux d’accompagnement préalables des futures mamans et même des futurs parents. Ainsi ce genre de message peut être passé. La famille éclatée ne permet plus comme avant d’avoir l’appui de la mère pour sécuriser, expliquer, calmer les angoisses. Je pense qu’il y a aussi un sentiment d’être « dépassé », tendance générale à confier à d’autres des pans entiers de la vie de son enfant : santé, éducation, loisirs… Plus le temps (la mère travaille ou vit seule), plus le courage (fatigue aidant), même plus l’envie (l’enfant devient un fardeau). On ne se soigne pas soi-même soit parce qu’on n’a pas d’argent, soit parce qu’on n’a pas le temps. Votre idée de l’apprentissage du fonctionnement du corps à l’école est une excellente idée, tout comme peut l’être celle des principes de fonctionnement de l’environnement ou des rouages de la société.

  4. batenkaistos dit :

    Il est évident qu’une grande lacune existe dans notre système éducatif dans le domaine de la santé. Il n’est pas normal que ce ne soit pas à l’école que l’on apprenne les gestes qui sauvent ! Que peut-il y avoir de plus important qu’apprendre à sauver une vie ?
    Je me bats depuis plusieurs années pour vulgariser le secourisme et j’ai créé avec des amis une maison d’édition qui s’y consacre à travers la création de jeux de sociétés et de cartes. Mais le combat est loin d’être gagné et les pouvoirs publics bien peu préoccupés alors que tous les grands organismes crient haut et fort qu’avec un nombre suffisant de formations au premiers secours nous pourrions sauver 20 000 vies par an !
    Autour de moi, des amis qui ne savaient pas quoi faire on vu l’un des membres de leur famille mourir en s’etouffant avec un morceau de nourriture.
    Dans l’autre sens à 3 ou 4 ans une petite fille a sauvé son papa qui faisait une attaque cardiaque en composant le 15. Nous sousestimons ce que sont capables d’apprendre les enfants, et pour qu’un jour ce que les adultes ignorent aujourd’hui soit un réflexe pour nos enfants, je me bats.

    Concernant les médecins à la campagne, je serais d’avis d’imposer aux jeunes médecins une année dans un lieu imposé ou de reprendre le système d’implentation des pharmacies limitées en nombre en fonction du nombre d’habitants. Ce qui permettrait de repeupler les campagnes. Maintenant, je ne suis pas médecin et ignore si ces solutions posent d’autres pb.

  5. drgaudo dit :

    Un récent reportage du magazine de la santé était consacré à l’apprentissage du secourisme aux enfants date du 27/02/09 (si quelqu’un trouve un lien vers la vidéo, merci de me le communiquer).

    Concernant la démographie médicale, je viens de publier un post et je tâcherai d’en consacrer un autre aux mesures que vous suggérez.

  6. drMVD dit :

    Tout à fait d’accord, il faut que cette éducation se fasse au moins au collège lycée. après, c’est trop tard, les patients réclament leurs médicaments inutiles et me demandent pourquoi je fais la grimace en leur prescrivant du maxilase/pivalone (remplacer par ce que vous voulez). j’ai même été remercié d’un cabinet où je remplaçais car je donnais paracetamoL/serum physiologique aux patients atteints de rhume, lesquels revenaient (pas tous, mais les plus méchants) le lendemain pour se plaindre !

    P.S. « les antibiotiques, c’est pas automatique », ça a vraiment bien marché, à quand la même campagne pour la fièvre chez l’enfant ou le rhume ?

  7. modemmvtciv dit :

    bonsoir

    tout à fait d’accord avec cette proposition d’urgence à l’éducation à la santé. Elle devrait s’accompagner d’ailleurs comme en Finlande d’une éducation aussi aux tâches domestiques basiques pour tous (garçons et filles) et notamment à cuisiner des produits frais, sains qui entrerait parfaitement dans la lutte contre le fléau de santé publique qu’est l’obésité.

    Je comprendrais mal pour ma part, que le MoDem ne mette pas la prévention, et les grands programmes de santé publiques au coeur de sa politique de santé : c’est moins coûteux de prévenir que de guérir et c’est pour le coup dans une approche de responsabilisation du citoyen.

    Jean-Jacques

    http://modemmvtcivique.lesdemocrates.fr/

  8. netreferendum dit :

    Existe t’il un état des lieux de la santé en France, où l’on pourrait par région, par département et par ville connaitre le nb d’hopitaux , de lits, de médecins par habitant ???
    il existe certainement d’autres indicateurs pertinents…

    Informer simplement les Français, puis les faire voter s’il faut contraindre les médecins à mieux se répartir dans le territoire par exemple…

    Pourquoi pas ?

  9. drgaudo dit :

    Netreferendum, je vous invite à prendre connaissance du billet suivant consacré au problème des deserts médicaux.
    Vous trouverez dans le premier commentaire un lien vers un document publié par la DREES (direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) détaillant les prévisions des médecins par habitant dans chaque région d’ici 2030.
    http://medecindecampagne.lesdemocrates.fr/2009/03/09/deserts-medicaux-ce-quil-ne-faut-pas-faire/

  10. drgaudo dit :

    Un lien sur le site de l’OMS concernant la santé de l’adolescent.

    On y insiste lourdement pour l’éducation à la santé des jeunes

    http://www.who.int/child_adolescent_health/topics/prevention_care/adolescent/fr/index.html

  11. Franchement, je suis tout à fait d’accord avec vous, la santé est importante, si tout le monde pensait comme vous, on en serait pas là!!!Mais qu’elle peuvent être le rôle des organismes de mutuelle santé, dans un tel projet?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *