La grippe A et son vaccin, un vaste complot ?

Lassé de certains propos concernant la grippe A et sa vaccination, voici la réponse que j’ai adressé à un mail diffusé largement. Ce mail comprenait principalement une suite de questions.

« En tant que simple médecin généraliste, permettez-moi de commenter certaines des questions que vous posez :

« Comment se fait-il que le brevet du vaccin contre la grippe porcine (H1N1) a été déposé en 2007 (bien avant la réapparition du virus disparu depuis la fameuse épidémie de grippe espagnole, en 1918) ? »

Le virus H1N1 n’a pas disparu en 1918, il a été « l’agent responsable de la pandémie de 1977-1978 à la mortalité relativement faible. Il a été retrouvé dans d’autres épidémies locales, comme aux États-Unis et en Espagne depuis 2007 » voir ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Influenzavirus_A_sous-type_H1N1#Grippe_de_1977-1978

« Pourquoi aucun média et aucun expert scientifique ne rappellent que la grippe ordinaire tue chaque année entre 250.000 et 500.000 personnes, soit plus de 1.000 morts par jour (ce sont les chiffres officiels de l’Organisation Mondiale de la Santé) ? »

Je ne sais pas si c’est le hasard, mais j’ai entendu de nombreux experts scientifiques et de nombreux médias rappeler que le virus de la grippe saisonnière avait un taux de mortalité de 1 pour mille cas en France (soit 2 à 5 mille décès par an) et donc un taux supérieur dans les pays en voie de développement. La grippe A aurait un taux de mortalité de l’ordre de 1 à 2 pour mille cas.

« Pourquoi tous les médias du monde répètent-ils quotidiennement que le virus de la grippe A H1N1 va provoquer une hécatombe de victimes, alors que les faits démontrent qu’il s’agit d’une simple grippette (moins grave que la grippe saisonnière ordinaire) qui na fait que 2.000 morts en plus de cinq mois ? La grippe ordinaire en aurait fait, pendant ce même laps de temps, 200.000 morts ! »

On ne peut pas comparer le nombre de mort de ces 6 derniers mois avec le nombre de morts sur 6 mois de la grippe saisonnière. Tout simplement car lorsqu’on parle de 6 mois de grippe saisonnière il s’agit d’une période d’épidémie. Or l’épidémie de grippe A n’est pas encore arrivée dans de nombreux pays. Vous comparez donc une pré-épidémie, avec une épidémie. On en reparle dans 6 mois !

« Pourquoi, malgré ces chiffres de morbidité et de mortalité insignifiants (2.000 au lieu de 200.000), la plupart des pays du Monde ont passé des commandes faramineuses pour des centaines de millions de doses de vaccin, et ce, dès le mois de juin 2009 ? »

Les pays qui voulait avoir suffisamment de vaccins pour leur population devait passer commande le plus tôt possible. Car de façon scandaleuse, les premiers qui ont commandé seront les premiers livrés.
Le nombre de doses commandé n’est pas faramineux. Il faut deux doses pour être vacciné car nous n’avons pas d’immunité contrairement à la grippe saisonnière. La France a commandé pour 75 % de sa population, d’autres pays pour 40 %, d’autres pour 100 %. A posteriori, certains seront capables de reprocher à la France de ne pas avoir commandé pour 100 % de sa population…

« Autrement dit, pourquoi met-on en place des mesures exceptionnelles cette année, alors que la grippe est moins virulente que les autres années ? Qu’est-ce qui, dans les faits, justifie de telles décisions alors qu’il n’y a rien d’exceptionnel ? »

On met en place des mesures exceptionnelles pour cette grippe même si elle n’est pas vraiment plus virulente que la grippe saisonnière car comme personne n’est immunisé, beaucoup de monde va l’attraper (30 à 50 %, soit en France environ 20 à 30 millions de personnes).
Or 1 pour mille cas pour la grippe saisonnière sur 4 millions de personnes atteintes en France, cela donne 4.000 décès, mais 1 pour mille cas pour cette grippe A sur 20 à 30 millions de personnes cela donne 20.000 à 30.000 décès en France.
Vous imaginez le scandale si on ne prévoit pas de vaccin alors que l’on aurait pu ?

« Pourquoi 600 neurologues britanniques ont-ils reçu, le 29 juillet 2009, une lettre confidentielle du Health Protection Agency (HPA), les invitant à être particulièrement attentifs à la future recrudescence du syndrome de Guillain Barré (maladie neurologique dégénérative gravissime déclenchée la plupart du temps par l’acte vaccinal) ? Et pourquoi cette même agence na-t-elle pas prévenu le public qui va « bénéficier » de cette campagne de vaccination ? »

Le syndrome de Guillain-Barré n’est pas dû la plupart du temps au vaccinations, même si cela fait partie des causes. Sa principale cause est une infection virale banale (50 % des cas). Voir ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_de_Guillain-Barr%C3%A9#Cause

« Pourquoi ne nous dit-on pas que le vaccin contre la grippe, depuis 40 ans qu’il existe, na jamais eu d’impact positif sur l’incidence de cette maladie, au contraire ? Une étude internationale a démontré que les vaccinés attrapaient plus souvent la grippe que les non-vaccinés. »

L’expérience des consultations de médecine générale montre que les patients vaccinés contre la grippe saisonnière l’attrapent beaucoup moins que les autres.

« Pourquoi les procédures de vaccination obligatoire seront-elles confiées, non pas à des médecins, mais à des étudiants ? »

Il n’y a pas en France de vaccination obligatoire contre la grippe A.
Vous pensez vraiment qu’après 9 années de médecine, on sait mieux vacciner que lorsque l’on est étudiant en 4è ou 6è année ? Il ne s’agit pas d’une opération à cœur ouvert !

« Pourquoi aucun médecin et aucun hôpital ne pourra dispenser les vaccins eux-mêmes ? Craindraient-ils de faux certificats ? »

Dieu merci, ce ne sont pas les médecins généralistes qui auront à gérer la vaccination. Les cabinets sont déjà saturés sans ajouter ce surcroit de travail.
Dans la plupart des cas, les vaccins seront dispensés dans les hôpitaux, dans une consultation dédiée.
Personne n’a à craindre de faux certificats puisque la vaccination n’est pas obligatoire !

« Pourquoi les autorités sanitaires, censées vouloir notre bien et notre protection, autorisent-elles qu’un nouveau type de vaccin (ce sont leurs mots) soit testé directement sur des centaines de millions de cobayes (c’est-à-dire nous), sans que les protocoles normaux de Mise en Marché ne soient respectés, et sans aucune garantie d’innocuité dudit vaccin ? »

Il ne s’agit pas d’un nouveau vaccin mais d’un vaccin contre la grippe avec une souche différente.
La procédure de mise sur le marché est respectée, c’est même ce qui retarde de près d’un mois la vaccination alors que logiquement pour avoir un impact favorable il aurait été souhaitable de la commencer avant que le seuil épidémique ne soit atteint !

Comprenez-moi bien, je ne réfute aucune question, toute question est légitime.

Malheureusement, votre texte n’est pas une suite de questions mais d’affirmations.

Si sur ce que je connais, j’ai pu relever autant d’aberrations, cela ne laisse rien présager de bon sur vos autres affirmations concernant ce que je ne connais pas. Pour moi, cela discrédite l’ensemble de votre propos, malheureusement…

Je ne suis militant ni pro-vaccinal, ni anti-vaccinal mais je ne pouvais pas laisser passer cela.

Cordialement. »

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Santé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à La grippe A et son vaccin, un vaste complot ?

  1. drgaudo dit :

    Merci pour le lien vers cet article.

    A nouveau, quelques commentaires aux questions posées en fin de cet article :

    Comment sanofi pouvait savoir, avant l’apparition du premier cas qu’il allait y avoir une pandemie grippale ?
    Si vous m’aviez demandé, il y a 10 ans, je vous aurais affirmé avec certitude qu’une pandémie grippale allait arriver dans quelques années. Ceci uniquement parce que je n’ai pas séché les cours de virologie.
    Tout médecin qui n’a pas oublié ses cours sait qu’il y a une pandémie grippale en moyenne tous les 20 ans.
    De plus depuis 3-4 ans, on se prépare à une pandémie grippale (non écartée à ce jour) non pas avec le virus H1N1 mais avec le virus H5N1 (ce qu’on nomme par grippe aviaire).
    Rien de surprenant dans ce contexte que des laboratoires pharmaceutiques se préparent eux aussi !

    Pourquoi tout ce cirque sur une grippe banale et meme legere d’apres une majorité de medecin ?
    J’apporte un commentaire à ça dans mon billet.

    Est ce sanofi qui a fabriqué ce virus ?
    Pour l’émergence d’un virus grippal, nul besoin du concours d’un laboratoire, cela se fait naturellement par mutation à type de cassure.
    Voir ici : http://www.invs.sante.fr/surveillance/grippe_dossier/default.htm

    Que faisait sarko chez un trafiquant de drogue ?
    Ca, j’en sais rien…

  2. Géraldine dit :

    Pour info, j’ai trouvé ceci sur google :

    Lettre ouverte au Président Sarkozy, au Gouvernement français, aux Sénateurs et Députés

    Monsieur le Président de la République Française,

    Monsieur le Premier Ministre,

    Madame La Ministre de la Santé,

    Mesdames et messieurs les Sénateurs,

    Mesdames et messieurs les Députés,

    En raison des éléments contradictoires qui circulent à travers le pays au sujet de la pandémie supposée du virus de la grippe A/H1N1, nous vous demandons instamment de bien vouloir répondre d’urgence aux questions légitimes que se posent les citoyens.

    1) Comment justifiez-vous l’ampleur des mesures de sécurité mises en place contre la grippe A, considérant les chiffres et statistiques officiels suivants?

    A la date du 12 Septembre 2009 et en trois mois de pandémie de grippe A, le nombre des décès dans le monde est de 3611. Ce qui représente un taux de mortalité (par rapport au nombre de cas avérés) de 0,888%. Notez que la majorité des victimes souffrait déjà de pathologies graves.

    Si le virus A/H1N1 ne mute pas vers une forme plus active, ce qui semble maintenant le scénario le plus probable, 8,4 millions de personnes mourront au maximum sur Terre des séquelles de cet « avertissement »? Soit 0,122% de la population mondiale. Ceci en tenant compte du dernier taux d’attaque de 14% enregistré en Nouvelle Calédonie. Le plus élevé à ce jour. Ce sera en réalité énormément moins : Au mieux, en répercutant le taux de contagion moyen enregistré en Océanie, c’est à 243 196 décès dans le monde que nous devons nous attendre ! Moins donc que la grippe saisonnière.

    A titre comparatif, et faute de traitement, 13 millions de personnes meurent chaque année dans le monde de diarrhées, malaria, rougeole, pneumonie et infirmités. 35 600 par jour. Plus d’un mort toutes les 3 secondes! Ces chiffres sont des minimums.

    Dans le même temps, 7,3 millions sont victimes de famine (Ce chiffre aussi est un minimum. 75% sont des enfants!) Plus de 20 000 par jour. Un mort toutes les 4 secondes!

    Tout confondu : 20,5 millions de morts par an. 56 164 par jour. Deux morts toutes les 3 secondes!

    Pourquoi donc mettre tant d’ardeur à sauver -et ce sans certitude de guérison pour la plupart!- ces 8,4 millions de personnes maximum, qui risquent potentiellement de subir les effets secondaires de la grippe A et du vaccin? Et pourquoi ne pas sauver les 20,5 millions d’autres qui, dans l’ignorance collective, meurent de faim et de maladies courantes? Alors qu’il suffirait de réquisitionner 10% des bénéfices des multinationales qui, au passage, redoreraient ainsi leur blason.

    2) Pourquoi continuer à propager la peur chez nos concitoyens? Alors que M. Bernard Debré, Professeur de Médecine et Député déclarait le 26 juillet 2009 dans le Journal du Dimanche :

    « La grippe A (H1N1) n’est pas dangereuse. On s’est rendu compte qu’elle était peut-être même moins dangereuse que la grippe saisonnière. Alors maintenant, il faut siffler la fin de la partie !» Ce n’est ni la peste, ni le choléra !

    « Tout ce que nous faisons ne sert qu’à nous faire peur. […] Oui cette grippe fuse très vite. Et après ? Un malade en contamine deux ou trois, contre un pour une grippe classique. Mais cela reste une « grippette », ce n’est ni Ebola, ni Marburg. » Plutôt un Big Flop! Cette grippe apporte maintenant la preuve qu’elle est bénigne.

    « Sans le dire, les pouvoirs publics ont déjà commencé à réduire la voilure. Les malades, dont on ne vérifie d’ailleurs plus s’ils ont attrapé le A/H1N1 ou un simple rhume de cerveau, sont désormais invités à prendre du paracétamol. »

    […] Les gouvernements « n’ avaient pas vraiment d’autre choix que de suivre » après que l’OMS eut, « de façon un peu rapide, commencé à gesticuler, avec des communiqués quotidiens et des conférences de presse à répétition. »

    « Bien sûr, ce virus peut muter et devenir virulent. Pour l’instant ce n’est pas l’avis exprimé par la majorité des virologues… Admettons que le pire se produise. Est-on certain que les vaccins commandés seront efficaces ? Non » tranche Bernard Debré qui qualifie d’ « erreur économique » le fait d’avoir commandé tous ces millions de doses fermes de vaccin contre un virus qui mute à tout bout de champ.

    3) Pourquoi ne pas émettre des réserves sur la question des adjuvants du vaccin, tels que nanoparticules, squalène, mercure, aluminium, formaldéhyde, bêta-propiolactone, polysorbate 80… dont la toxicité a été reconnue par différentes études. Que faites-vous du principe de précaution?

    4) Que répondez-vous aux déclarations suivantes ?

    « Il n’y a pas de raison de croire que le vaccin soit capable de prévenir ou de diminuer la grippe et ses complications. Ceux qui fabriquent ce vaccin savent qu’il ne sert à rien contre un virus aussi instable, mais ils continuent à le vendre tout de même. » Dr. Anthony Morris (anciennement chef du Contrôle des vaccins, gouvernement des Etats-Unis)

    « Vouloir protéger la population mondiale contre une chose aussi inoffensive qu’un rhume ? C’est de la folie ! » Dr Thomas Jefferson, épidémiologiste qui après avoir compilé quarante ans de recherches, conclut que les vaccins antigrippaux sont d’une efficacité très limitée.

    5) Pourriez-vous, au regard de ces déclarations (qui ne représentent qu’une infime partie de celles qui ont été publiées dans ce sens) nous justifier la décision de vos experts de suivre les recommandations de l’OMS en matière de « groupes à risques », à savoir les professionnels de santé, les femmes enceintes, les malades chroniques, asthmatiques, diabétiques, obèses, les malades du cœur et des poumons, les enfants etc. Ces groupes ne vont-ils pas servir de cobayes du vaccin et de ses adjuvants?

    6) Sachant que les procédures d’autorisation de mise sur le marché seront accélérées et qu’il sera impossible d’évaluer les effets secondaires des produits injectés, comment pouvez-vous prendre le risque de vacciner la population dont vous êtes responsable ? Pourquoi -et pour qui- existe-il deux versions du vaccin, l’une avec adjuvants et l’autre sans ?

    7) Comptez-vous vous baser sur les seules affirmations des laboratoires lorsque l’on sait qu’ils sont tenus à d’importants résultats financiers ?

    Avez-vous l’intention de prévoir des procédures d’indemnisation en cas d’intoxication d’une partie de la population par le vaccin et ses adjuvants nocifs ? Les multinationales pharmaceutiques ont-elles en France l’immunité pénale ?

    Nous vous rappelons, sur ce point, l’épisode de la vaccination massive de 46 millions d’Américains contre la grippe porcine en 1976, pour une pandémie qui n’a jamais eu lieu : celle-ci a généré 500 cas de paralysies de type Guillain-Barré et des milliers de plaintes introduites pour dommages à la santé. Ce n’est sans doute pas pour rien si ces milliers de victimes ont réclamé jusqu’à de 3,5 milliards de dollars à l’état en dédommagement du préjudice subi.

    9) Comment justifiez-vous la quantité de doses de vaccin commandée par l’Etat aux frais du Trésor Public ? 96 millions de doses attendues pour l’automne, et 45 millions de plus réservées, 140 millions de doses pour 65 millions de Français ? Envisagez-vous de rendre ce vaccin expérimental obligatoire et de faire vacciner deux fois toute la population française ?

    10) Refuser de se faire vacciner est un droit. Ne craignez-vous pas que la population applique l’article 35 de la Constitution des droits de l’Homme de 1793 ? Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

    En raison des précédents tels que l’accident de Tchernobyl, la vache folle, l’affaire du sang contaminé, l’intoxication par l’Amiante, pour ne citer qu’eux, nous comprenons votre vigilance, mais, en tant que citoyens responsables, nous vous demandons de clarifier de toute urgence une situation que nous ne pouvons tolérer.

    Recevez, Monsieur le Président de la République française, Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre de la Santé, Mesdames et messieurs les Sénateurs, Mesdames et messieurs les Députés, l’expression de notre profond respect.

  3. drgaudo dit :

    Merci pour ce commentaire.

    Ce texte est intéressant.

    Voilà quelques commentaires malgré tout :

    1) Les millions de mort comptabilisés le sont dans des pays en voie de développement principalement. Sarkozy s’occupe avant tout de la France. Mais je suis d’accord pour dire que c’est dommage. Nous citoyens du monde, devrions nous occuper des risques mortels sans se préoccuper des frontières.

    2) Rien à dire, l’analyse se défend.

    3) Pareil, l’objection est recevable. Je n’ai pas étudié les adjuvants du vaccin, je n’ai donc pas d’avis personnel.

    4) On ne peut pas dire que la grippe A est aussi inoffensive qu’un rhume. Comme la grippe saisonnière, elle fait environ 1 décès pour mille cas, ce qui n’est pas le cas d’un rhume.

    5) Le personnel de santé n’est pas un groupe à risque mais est en contact avec des patients à risque, ce qui est la seule justification du vaccin dans ce groupe. Penser que l’on veuille se servir du personnel de santé, des bébés et des femmes enceintes comme cobayes me semble absurde.

    6) Une AMM accélérée n’est pas illogique sur le principe. Le jour où il y aura une pandémie grippale beaucoup plus dangereuse, elle sera nécessaire. Pour cette grippe, elle est contestable. Je n’ai pas d’information sur deux « versions » du vaccin.

    7) Un taux de décès de 1 pour mille sur 46 millions = 46.000 décès. C’est bien supérieur à 500 cas de Guillain-Barré qui dans la plupart des cas ne laisse pas de séquelle. Parmi les milliers de plaintes, impossible sans expertise de faire le tri entre des plaintes farfelues et de réelles conséquences du vaccin.

    9) Le vaccin contre la grippe A se pratique en 2 injections (car pas d’immunité préexistante contrairement à la grippe saisonnière).

    10) Vu qu’il n’y a pas d’obligation vaccinale, la question du refus du vaccin ne se pose pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *